30 Jan

La baisse du taux d’usure : une mauvaise nouvelle pour acheter un appartement à Aix-en-Provence !

Mauvaise nouvelle pour les emprunteurs en ce début d’année 2019 : les taux de l’usure ont à nouveau baissé au 1er janvier 2019. Si ce taux au-delà duquel il est interdit de prêter est censé protéger les emprunteurs, il peut devenir un frein à l’achat pour certains d’entre eux qui, compte tenu de leur profil plus risqué, peuvent le dépasser, se retrouvant ainsi exclus du crédit. En effet, dans le contexte actuel de légère remontée des taux nominaux, alors que le taux d’usure ne cesse de baisser, son niveau pose problème…

Le taux de l’usure des prêts immobiliers sur des durées de 20 ans et plus a encore baissé de 0,07 % ce trimestre, après une baisse de 0,11 % au trimestre précédent… Au total, il a baissé de 0,35 % depuis janvier 2018, alors même que les taux nominaux moyens sur 20 ans n’ont baissé que de 0,15 %, soit presque de moitié moins ! Dès que les taux remonteront de façon plus marquée, ce sera en premier lieu sur les durées longues, avec un vrai risque d’effet ciseau et d’exclusion du crédit pour certains emprunteurs.

Ce taux à ne pas dépasser sous peine de poursuites judiciaires est calculé par la Banque de France. A noter : c’est le taux annuel effectif global (TAEG) du prêt qui ne doit pas dépasser le taux d’usure, en incluant donc le taux nominal, mais aussi les frais de dossier, frais de courtage, coût d’assurance et garanties obligatoires et frais de tenue compte…

« Nous sommes actuellement dans un cercle vicieux : comme le taux d’usure est très bas, certains dossiers d’emprunteurs ne passent plus, donc le taux qu’ils auraient dû obtenir n’est pas pris en compte dans le calcul du taux d’usure qui se base donc seulement sur les dossiers acceptés, les meilleurs, qui obtiennent les taux les plus bas ! Donc le taux d’usure n’augmente pas… C’est pourquoi il met plus de temps à remonter que les barèmes affichés par les banques, qui, bien conscientes du problème doivent elles aussi limiter la hausse des taux, avec un impact sur la rentabilité des prêts qu’elles accordent », analyse Jérôme Robin, directeur général de Vousfinancer.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée